Les bases d’un dérapage des impôts locaux sont posées

Democratie

La loi de finances pour 2020 prévoit une révision des valeurs locatives qui permettent de calculer le montant des impôts locaux tels que la taxe d’habitation ou encore la taxe foncière. Pour calculer la taxe foncière, un taux d’imposition voté par les communes est appliqué à cette base.

En révisant la valeur locative pour qu’elle corresponde à la réalité du marché, certains propriétaires vont donc forcément voir le montant de leur taxe foncière augmenter. C’est le cas pour les communes limitrophes de Paris à l’instar de Malakoff en raison notamment de la spéculation immobilière en raison des travaux du « Grand Paris ».

C’est la raison pour laquelle les villes du département des Hauts-de-Seine doivent se mobiliser afin de lutter contre cette augmentation annoncée comme inéluctable par plusieurs leviers :

  • Maîtrise budgétaire ;
  • Stabilisation, voire basse des taux ;
  • Augmenter l’attractivité de la ville de la Malakoff pour les entreprises de manière à alléger les charges fiscales sur les habitants.

Or, le taux de la taxe foncière est monté, ces dernières années, dans les communes des Hauts-de-Seine. En moyenne, l’augmentation est de 14,71 %. Mais, dans certaines villes, le bond effectué entre 2010 et 2015 est impressionnant : + 43,90 % à Malakoff.

Il est fort à parier que cette augmentation risque de continuer après les élections municipales, périodes traditionnellement d’accalmie fiscale.