Courrier au Collectif « Malakoff Villages »

Democratie

A l’attention du Collectif « MALAKOFF VILLAGES »

Madame, Monsieur,

La préservation de l’ambiance « village » de la Ville de Malakoff passe par la préservation d’un habitat de taille modérée ; il est vrai que le Grand Paris fait pression sur la ville pour qu’elle se densifie, et nous ne pouvons pas nous y opposer radicalement car, c’est une nécessité publique de construire de nouveaux logements, y compris de permettre à une population aux moyens financiers limités de continuer à habiter notre ville ; mais certaines actions permettraient de stopper les projets aux nuisances trop nombreuses.

La majorité actuellement en place à la Mairie prétend avoir organisée des consultations, et préserver l’habitat pavillonnaire, mais pourtant :

• Certaines parcelles comptant des pavillons d’un étage sont à présent constructibles sans ratio surface habitable / espaces verts ;
• Sur ces parcelles, les hauteurs constructibles sont passées d’une limite de 14 m à 21 m ;
• Le nombre de parking construit sur certains projets est anormalement bas : un pour deux logements ;
• Les simulations 3D d’intégration dans l’environnement sont parfois absentes et limitées à celles qui avantagent le point de vue de l’entrepreneur ;
• Parallèlement à cette densification, le plan d’occupation des sols prévoit la construction d’un tiers de logements sociaux destiné à la « première accession sociale à la propriété » ; bien que nous estimons que ce soit une bonne chose de faciliter l’accession à la propriété, dans ce contexte, il est visible que l’équipe communale en place facture cette opération au prix de multiples nuisances faites au voisinage telles que le bruit, la perte d’ensoleillement (du fait de l’accroissement des hauteurs limites des constructions), la réduction des possibilités de garer son véhicule faute de création de places de stationnement, la réduction des ratios d’espaces verts, la gestion des déchets ;
• D’ailleurs, les ratios d’espaces verts annoncés par la ville sont très contestables : lors des opérations de densification, ce qui importe c’est la surface d’espace vert public par habitant : il ne peut être question de comptabiliser les surfaces privées et les toits végétalisés.

Parmi les possibilités que nous envisageons, nous voulons conditionner la validation d’un permis de construire à une information très en amont du projet avec le voisinage, notamment via la tenue de réunion de concertation avec les comités de quartier, instance à développer, et à la fourniture d’études d’impacts notamment en matière de nuisances sonores et lumineuses. Ainsi, si les remontées du voisinage s’avèrent trop négatives, nous pourrons imposer aux promoteurs des aménagements, et les négocier contre un assouplissement de certains ratios.

Par ailleurs, la transparence en matière budgétaire et de gouvernance est un point auquel nous tenons particulièrement : nous souhaitons que des observatoires composés de citoyens puissent contrôler l’urbanisme de notre ville ainsi que l’attribution des logements sociaux et des logements construits pour une première accession à la propriété.

La démocratie locale est en effet au cœur du projet du « Malakoff Citoyen » : la création de comités de quartier ayant un pouvoir décisionnel et un budget participatif en sera l’un des principaux vecteurs.

Nous voulons ainsi impliquer les habitants dans la gestion de leur ville, leur expliquer le fonctionnement de ses instances, et accroître la communication entre les habitants et les services de la ville et favoriser, en toute chose, la concertation.

C’est pourquoi nous serons à l’écoute des suggestions des citoyens, et donc de votre Association, pour la définition de « process » qui rendront le pouvoir aux citoyens.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’expression de nos sentiments les plus dévoués.

Stéphane TAUTHUI, et la liste Malakoff Citoyen